Femme de qualité déshabillée pour le bain gravure Bazin - Source Gallica
Hygiène Vie de Château

LE SAVON : Louis XIV et Colbert à l’initiative de son essor

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager

Sommaire

L’hygiène est un sujet qui revient régulièrement lorsque l’on parle d’anecdotes historiques. Il a même été dit que ce cher Louis XIV n’aurait pris qu’un seul bain dans toute sa vie. Rassurez-vous, c’est totalement faux. Et pourtant, le Roi Louis XIV fut précurseur dans l’essor de l’industrie du savon en France, accompagné de Colbert. Je vous de découvrir le rôle qu’il a joué et l’histoire du savon.

Les peuples les plus anciens utilisaient déjà le savon

 

Il était important pour moi de vous dire quelques mots sur l’histoire du savon. L’industrie du savon fait partie d’une des plus vieilles industries. Il est notamment évoqué dans des textes anciens et sacrés, en grec et en latin.  A l’époque antique, celui-ci était largement utilisé : lors de fouilles à Pompéi, cette ville en ruines suite à l’éruption du Vésuve en 79 av. J-C, les chercheurs ont découvert l’existence d’une savonnerie composée de 6 cuves de pierre servant à fabriquer les lessives, un fourneau, ainsi que des outils. Du savon parfaitement conservé a été retrouvé.

Chez nos ancêtres les Gaulois, le savon était utilisé pour teindre et se lisser les cheveux. Il était alors créé avec de la graisse de chèvre et de la cendre blanche de bouleau. Il. Ce n’est qu’au VIIIème siècle que la graisse d’animal laisse place à l’huile d’olive, ce qui sera déterminant pour son futur. Comme vous le constatez, le savon faisait donc bel et bien parti de la vie quotidienne de nos peuples les plus anciens. Donc si Louis XIV et sa cour ne l’utilisait que très peu, ce n’est pas parce qu’il n’existait pas encore !

Louis XIV et Colbert introduisent la savonnerie en France

 

Sans doute pensez-vous à une blague. Et pourtant, l’essor du savon en France est bien dû à notre Cher Louis XIV, lui qui a pour réputation d’avoir pris un seul et unique bain dans sa vie. Mais il a joué un rôle important dans l’histoire du savon en France.

L’industrie du savon pris son envol en Europe au XVIIème siècle, s’est pourquoi Colbert a souhaité l’installer en France. La fabrication du savon s’est généralisée grâce à une petite ville en Italie nommée « Savone ». Plusieurs autres villes italiennes ont suivi le pas et se sont même attribuées le mérite. Ce très cher Colbert, qui veut le meilleur pour son pays, souhaite introduire cette industrie en France. Mais cette introduction ne se fera pas dans n’importe quelle condition. Il exige que tous les ouvriers engagés et les produits utilisés soient français, et que cette industrie s’installe à Toulon (le fameux 100% made in France était déjà à la mode !).

Louis XIV ira dans le sens de son ministre en rendant un arrêt offrant le monopole de cette industrie à la fabrication de Sieur Pierre Rigat le 11 mars 1666, sous les conditions réclamées par Colbert. Mais ce privilège souleva des foudres et Rigat perdit son privilège avec un arrêté du 10 octobre 1669. L’industrie viendra finalement s’installer dans une ville profitant de conditions de marchés incontestablement supérieures : Marseille ! (je vous vois derrière votre écran à vous dire « aaaaah mais oui le fameux Savon de Marseille » !).  Et oui, le savon de Marseille que nous connaissons tous est né ainsi.

L’industrie du savon à Marseille se développe très bien, malgré une forte concurrence italienne et espagnole. Mais cet essor laisse place à quelques problématiques, que connaît toutes les grosses industries : la fraude ! En voyant ce marché en plein développement, plusieurs sociétés se sont mises à la création de savon. Mais comme vous vous en doutez, la qualité n’était pas au rendez-vous.

Louis XIV décida d’agir, et de réglementer la fabrication du savon dans les moindres détails avec l’édit du 5 octobre 1688. En voici un résumé :

« Le Roi ayant été informé que la mauvaise qualité des savons qu’on fabrique en Provence, en a considérablement diminué le début, qui était très grand, et que l’altération qu’on y fait pour le poids et les défauts qui s’y rencontrent, pour le peu de soins qu’on a de préparer les matières, a pu donner lieu aux étrangers d’attirer et d’établir cette manufacture chez eux. Ce que S. M. désirant empêcher, Elle a résolu, pour remédier aux abus qui se sont introduits, de remettre cette fabrique dans sa perfection et ordonne ce qui suit :

 – Les manufactures de savon de quelque qualité qu’elles soient, cesseront entièrement pendant les mois de juin, juillet et d’août de chaque année à peine de confiscation du savon.

 – Les huiles nouvelles ne pourront être employées en cette manufacture avant le premier mois de chaque année, aussi à peine de confiscation de la marchandise.

 – Il est défendu de se servir dans la fabrique du savon avec la barille soude ou cendres, d’aucune graisse, beurre ou autres matières, mais seulement des huiles d’olive pures, sans mélange de graisse, à peine de confiscation

Art. 13 : Les communauté des villes de la Provence, où il y a des fabriques de savon, nommeront tous les ans deux des principaux négociants et entendus dans cette matière pour veiller dans lesdites villes et dans l’étendue de leur territoire à l’entière exécution des articles ci-dessus, et lorsqu’ils trouveront des fabricants ou marchands qui auront contrevenu, ils les dénonceront aux juges ordinaires pour être punis suivant l’exigence des cas. »

L’utilisation du savon sous Louis XIV

 

Maintenant que vous connaissez le rôle important qu’ont joué Louis XIV et son acolyte Jean-Baptiste Colbert, je suppose que vous vous posez la même question que moi : pourquoi dit-on qu’à cette époque ils ne se lavaient pas ?

A l’époque du Roi-Soleil, la notion d’hygiène n’était absolument pas la même qu’aujourd’hui, ni celle du Moyen-Âge. A l’époque médiévale, on devait être propre pour montrer que nous étions de la « haute » !  Au XVIIème siècle, les habitudes ont évolué. Nous n’avions pas peur du savon, mais de l’eau. Nous pensions que les graves maladies comme la peste se transmettaient avec l’eau claire. Il n’était donc pas question de se laver, mais plutôt de sembler propres et nets, par respect pour l’entourage.

Alors, comment faisait-on ? Et bien, la toilette sèche était de mise mais uniquement sur les parties visibles comme le visage, les mains, les pieds et le décolleté pour les femmes. On se changeait très souvent, dès que l’on transpirait et surtout, on se parfumait énormément.

A quoi servait donc le savon produit en masse en Provence ? Vous l’aurez compris, il ne servait pas du tout à la toilette… Il était utilisé principalement pour nettoyer le linge.

Les Lavandières Boucher Demarteau

Il y a beaucoup d’habitudes de l’époque que nous sommes particulièrement heureux d’avoir abandonnés, et je pense que l’absence d’hygiène en fait partie. On peut aujourd’hui profiter de merveilleux savons fabriqués en France, avec des produits de qualité. C’est notamment le cas de Senteurs de France. J’ai découvert cette marque et je suis littéralement tombée sous le charme. Nous y trouvons des savons 100% Made in France au parfum de Grasse et enrichis au karité bio. Senteurs de France, c’est également des confiseries ou encore des bougies. N’hésitez pas à découvrir sa gamme de produits de qualité.

Sources :
– Gallica
– Lieutier, Léon Louis Paul Marie : Du savon de Marseille et des substances qui servent à sa fabrication
– Thèse de pharmacie de Paris , 1869.
– Dictionnaire universel de justice, police et finances – second tome – https://books.google.fr/

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *