Peinture Francois Bouche - Madame de Pompadour
Mode et Beauté Vie de Château

BEAUTÉ : Quelle est la signification de la mouche sur le visage ?

Êtes-vous une personne discrète ? Effrontée ? Passionnée ? Inutile de nous le dire, la Mouche va parler pour vous ! Vous vous êtes sans doute déjà demandé ce que signifiait cette tâche sur le visage des femmes sur les peintures. A quoi servait-elle ? Quelle est son origine ? Quelle est sa signification ? Cet article répond à toutes vos questions, et vous raconte l’Histoire de la Mouche à travers les époques et leur signification. 

LE LANGAGE DES MOUCHES SELON LEUR POSITION

 

Vous avez dû remarquer que la Mouche n’était pas toujours placée au même endroit. Parfois sur le décolleté, parfois sur la joue, sur le front, sur le menton. En fonction de sa position sur le visage ou le décolleté, la mouche prenait une signification bien particulière, et transmettait un message précis. Elle reflétait la personnalité et l’humeur de la personne qui la porte. Une mouche vaut mieux que quelques paroles.  Découvrez leur signification selon les différentes parties du corps :

⚫⚫⚫

Sur le front : la duchesse ou la majestueuse
Près de l’œil : la passionnée
Sur le nez : l’effrontée
Sur les pommettes : l’enjouée
Au milieu de la joue : la galante
Au coin de la bouche : la baiseuse
Sur les lèvres : la coquette
Sous la lèvre, voire le menton : la discrète
Sur la poitrine : la généreuse

⚫⚫⚫

Si vous recherchez une histoire passionnée, mettez votre mouche près de l’œil. Vous souhaitez au contraire une aventure tumultueuse le temps d’une nuit ? Placez votre Mouche au coin de votre bouche. La Mouche ne laisse pas la place au doute ni à la timidité, tout ce que vous avez à dire passera par elle. 

©Flicker

L’HISTOIRE DE LA MOUCHE

 

Nous ne pouvons pas évoquer la mode des Mouches sans parler de l’Histoire des grains de beauté. Adulés, critiqués, aimés, méprisés, valorisés, les grains de beauté ont orienté le destin de nombreuses personnes, notamment les femmes. Cette petite tâche, qui pourrait pourtant paraître si insignifiante, n’était pas vu de la même façon chez tout le monde.

Le grain de beauté dans le monde

En Grèce Antique, où la symétrie et l’harmonie de toute chose est la clé, le grain de beauté était mal vu. On raconte que chez les peuples Perses et Arabes, ils étaient vu comme un signe de beauté, ils seraient les premiers à avoir porté la mouche.

Le Moyen-Âge : le grain de beauté diabolique

En France à l’époque médiévale, les femmes portant des grains de beauté ont eu une fin tragique. L’Eglise considérait ces tâches comme étant le point d’entrée du diable dans le corps : elles étaient donc assimilées à la sorcellerie. Les pauvres femmes qui portaient ce qui sera trois siècles plus tard adulé, étaient traquées par les gardes du Roi et les villageois, dans le but d’être torturées et brûlées vives sur la place du village en tant que sorcières.

Afin de ne pas finir au bûcher, les plus courageuses s’appliquaient sur le visage une pierre ou un fer chauffé pour faire disparaître ces grains de beauté.

représentation bucher sorciere

 

L’Epoque Moderne : naissance de la mouche

C’est ensuite au XVIIème siècle qu’elle fera parler d’elle, plus positivement. Au moment où la petite vérole sévit, la mouche sera utilisée pour cacher les ravages de cette infection. Elle sera également utilisée pour masquer les boutons, très fréquents à cette période.

L’Epoque Contemporaine : la Mouche devient « Tâche Avantageuse »

Suite à la découverte du vaccin de la petite vérole en 1796, la mouche ne sert plus à masquer les imperfections. Permettant de faire ressortir le teint clair du visage, recherché à cette époque, elle devient alors un véritable accessoire de beauté, et surtout de séduction. C’est alors l’avènement de la Mouche dans la société, celle que l’on appellera finalement « La Tâche Avantageuse ».

Comme tout effet de mode, elle disparaîtra à la fin du XVIIIème siècle, pour finalement réapparaître un siècle plus tard, mais de manière plus modérée.

Si vous êtes féru de mode, peut-être en porterez-vous dans quelques temps 😊

 

LA MOUCHE À SON APOGÉE

 

La Mouche, petit morceau de taffetas, velours ou soie noir, était plus qu’un accessoire de mode, c’était un instrument de séduction, utilisé parfois à outrance. Disposé sur le visage et sur le décolleté, elle reflétait la personnalité de celui ou celle qui la porte.

Sous le règne de Louis XIV

Les Tâches Avantageuses étaient portées par tous les membres de la Cour, les femmes comme les hommes (même si ces derniers avaient une utilisation plus restreinte). Le Roi de France lui-même l’utilisait en accessoire beauté. Ces dames pouvaient porter jusqu’à 15 mouches sur le visage en même. La consommation excessive de ces dames amène même la réflexion d’instaurer un impôt dessus, ce qui ne sera finalement pas fait. Il était nécessaire de connaître les codes et usages afin de comprendre temps (il fallait être un bon observateur afin de décrypter tous les messages passés 😊).

Sous le règne de Louis XV

La Mouche devient plus petite et plus subtile. Véritable phénomène de mode, les femmes se font tailler leurs mouches dans différentes formes représentant les étoiles, la lune, les animaux. Ce qui au départ devait être une imitation d’un grain de beauté, est finalement devenu un véritable objet d’art, nécessitant une réelle maîtrise pour le disposer correctement.

peinture madame pompadour

 

LE COMMERCE… QUI FAIT MOUCHE

 

Les boutiques spécialisées

La Mouche, comme tout accessoire de mode digne de ce nom, se vendait en boutique. Les commerçants et créateurs de mode ont bien entendu profité de cet élan pour se démarquer. On se bat sur la qualité et l’originalité des Mouches. Les boutiques vendant les tâches avantageuses poussent comme des petits pains dans les rues de Paris. On peut notamment évoquer une boutique, située rue de Saint Denis à Paris, « A la perle des mouches », ouverte depuis le XVIIème siècle.

Les boîtes à mouches

Tout objet précieux se doit d’avoir un écrin pour le protéger. Les boîtes à mouches sont devenues, au même titre que leur composant, de véritables œuvres d’art. Accessoire baroque par excellence, les boîtes à mouche se composaient d’un petit miroir fixé sur le couvercle, afin de faciliter les réparations si une mouche tombait malencontreusement.

Généralement de forme rectangulaire et plate, parfois ovale, ces objets sont de véritables toiles blanches sur lesquelles les artistes peuvent donner libre cours à leur créativité. Or, argent, écailles, ivoire, diamants, pierres fines : ces précieux réceptacles se devaient de refléter la puissance de celui qui le porte.  Sous Louis XIV, des scènes mythologiques et le pèlerinage d’amour sont sculptés dessus. Sous Louis XV, des sujets gracieux entourés d’ornements rocailles. Sous Louis XVI, c’est le thème de l’amour qui est mis en avant avec Vénus.

Ces objets sont devenus si précieux, qu’ils ont pris place dans la corbeille de noces offerte par le fiancé à sa promise.

Vous connaissez maintenant tout de la mouche 😊 Même si elle a connu un franc succès au XVIIème et XVIIIème siècle, l’ère de la Mouche n’est pas révolue, elle a simplement évolué. Véritable atout séduction, on la retrouve sur le visage de grandes personnalités qui cherchent à se distinguer. Et c’est généralement très réussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *