Margaret d'Angleterre
Personnages historiques

Qui est Margaret d’Angleterre, la sœur rebelle de la reine Elizabeth II ?

Alors que le Jubilé de la Reine Elizabeth II met l’Angleterre en émoi depuis plusieurs jours, une femme est restée dans l’ombre de sa royale soeur durant toute sa vie. Il s’agit de Margaret d’Angleterre, la sœur cadette de la reine Elizabeth II d’Angleterre. A travers cet article, je vous propose de mettre en lumière cette femme rebelle et enjouée, Margaret d’Angleterre.

L’enfance et l’éducation de Margaret, dans l’ombre d’Elizabeth II

Une cellule familiale soudée

C’est au Château de Glamis en Écosse, la demeure de son grand-père le comte de Strathmore et Kinghorne, que Margaret Rose d’Angleterre voit le jour, le 21 août 1930.

Margaret d’Angleterre est la deuxième fille du couple formé par ses parents :

Ces deux parents ont décidé d’élever leurs filles de façon tout à fait originale par rapport à l’étiquette. Alors que les enfants naissant au sein de la famille royale sont généralement retirés à leurs parents, qui les voient alors quelques minutes dans la journée, le schéma est totalement différent pour Elizabeth et Margaret. On voit une cellule familiale très soudée, avec un père, le Duc d’York, en grande admiration devant ses filles. Il œuvre chaque jour pour leur offrir toute l’affection nécessaire à leur bonheur. Tous les matins à 9h, la journée commence par 1h de jeux et de câlins entre parents et enfants. On comprend vite l’amour immense des jeunes filles pour leurs parents.

naissance Margaret d'Angleterre
La future reine Elizabeth II, Margaret et leur mère Elizabeth en 1930 ©Getty images

Elizabeth et Margaret d’Angleterre deviennent princesses royales

Alors qu’elle est âgée de 6 ans, son oncle Édouard VIII abdique au profit de son père, qui devient le roi d’Angleterre George VI. En naissant 4 ans après sa sœur Elizabeth, Margaret d’Angleterre est mise dans l’ombre de l’héritière du trône, la future Elizabeth II d’Angleterre. En tant que seconde enfant du couple royal, Margaret du Royaume Uni se voit ainsi attribuer le titre de Princesse Royale.

Son éducation se fait aux côtés de sa sœur aînée, elle reçoit donc les mêmes enseignements qu’une future reine. Les précepteurs leur inculquent tout le savoir nécessaire pour se faire une place dans la Haute Société : matières génériques, étiquette royale, savoir-être,…

La Seconde Guerre mondiale bouleverse la vie des deux jeunes filles

Alors que la Seconde Guerre mondiale frappe le monde entier, Elizabeth et la princesse Margaret d’Angleterre trouvent refuge dans l’immense demeure de Windsor, qui devient leur prison dorée. Elles vivent l’innocence de leur enfance surveillées par des chars, et ont pour consigne de se réfugier dans le château en cas d’attaque. Pendant que la ville de Londres subit de nombreux dégâts suite aux bombardements, les deux sœurs sont coupées du monde et isolées. Margaret dira “Nous étions censés nous poser pour un week-end, nous y sommes restés pendant 5 ans”. L’affection d’Elizabeth et Margaret d’Angleterre est sans faille. Elles dévoilent pourtant en grandissant un caractère littéralement opposé.

Discours Elizabeth d'Angleterre
Discours d’Elizabeth destiné aux enfants de l’Empire britannique (Londres, le 10 octobre 1940.) ©Getty images

Margaret et Elizabeth, des soeurs au caractère totalement opposé

Margaret d’Angleterre, la princesse rebelle et enjouée de la famille royale

On voit régulièrement chez les enfants cadets d’une famille royale un caractère fougueux et excentrique. Être dans l’ombre de l’aîné les amènent à développer un caractère quelque peu rebelle. Prenons par exemple Monsieur Philippe d’Orléans, prince et frère cadet du roi Louis XIV. Étant mis de côté depuis sa naissance, au profit de son frère qui prenait toute la lumière, il révéla une véritable tendance à l’excentricité, et réussit à finalement prendre la lumière grâce à ses bourrasques.

Margaret d’Angleterre ne déroge pas à la règle. Alors qu’Elizabeth développe un caractère réservé et sérieux, digne d’une future monarque, la princesse Margaret d’Angleterre se montre fougueuse, joyeuse et taquine. A 10 ans, elle dira d’elle-même « Je suis la terreur de la famille« . Toute sa vie, elle sera un membre anticonformiste de la famille royale.

Les frasques de Margaret, l’impertinence à l’anglaise

Le magazine Secrets d’histoire nous dévoile quelques exemples de ses extravagances :

  • « A 4 ans, elle passe sous les tables pour chatouiller les pieds des invités« 
  • « A 7 ans, elle bâille pendant le couronnement de son père« 
  • « A 12 ans, elle fait un trou dans la barque de sa cheftaine scoute pour l’obliger à rentrer à la nage« 
  • « A 14 ans, elle goûte à la cave le champagne prévu pour un banquet« 

Mais la cadette de la famille sait tout se faire pardonner, grâce à sa bonne humeur constante. Elle fait la joie de ses parents, et notamment de son père. Elisabeth, que sa famille surnommé Lisbeth, tente de donner l’exemple à sa jeune sœur. Mais en vain, Margaret du Royaume Uni est beaucoup trop fougueuse pour prendre le rôle de la sœur modèle de la future Reine d’Angleterre. En 1970, Margaret se voit même privée d’un séjour aux USA par les diplomates anglais, ces derniers ayant trop peur de l’attitude peu conventionnelle que la cadette peut adopter.

Alors que Margaret d’Angleterre n’a que 17 ans, elle se retrouve séparée de sa bien-aimée sœur, quand cette dernière épouse Philippe de Grèce et s’en va en voyage de noces.

Pour Margaret d’Angleterre, c’est en 1948 qu’elle s’initie aux joies de l’amour, avec Danny Kaye. Mais là encore, la princesse royale fait scandale et honore son rôle de « terreur de la famille ». Danny Kaye est un américain qui se fait connaître en tant qu’acteur comique. Et son côté comique, Margaret l’apprécie particulièrement. Grâce à lui, elle oublie son existence de princesse pour n’être que Margaret, une femme dont la vie n’est pas régit par le code de la cour royale anglaise. Mais cette idylle n’est pas du goût de tous, et notamment des parents de la princesse. Danny Kaye est un homme marié. Ils partageront toutefois leur vie pendant 3 ans.

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé : la perte de la figure paternelle est difficile

Pendant plusieurs mois, le roi d’Angleterre ne peut assumer ses fonctions de souverain car il doit se battre contre un cancer des poumons. C’est un coup dur pour la famille. Le 6 février 1952, le père d’Elizabeth et Margaret d’Angleterre décède d’une thrombose. L’Angleterre est en deuil. Elizabeth, en voyage diplomatique au Kenya, doit rentrer en urgence auprès de sa mère et de sa sœur. Margaret d’Angleterre ne supporte pas la perte de cet être si cher à ses yeux, son plus fidèle confident. Sa bonne humeur qu’on lui connaît se transforme en un profond désespoir, et en une grande mélancolie. La veille encore, elle passait un moment auprès de son père bien-aimé.

A la recherche d’une figure paternelle et de soutien, Margaret va nouer une relation avec Peter Townsend, à ce moment proche de son père. Inutile de vous détailler les faits, cette relation va faire scandale. Et quand on connaît l’attrait des tabloïds anglais ..

famille royale d'Angleterre
Margaret entourée de son père le roi George VI, la reine Elizabeth et sa soeur Elizabeth. (Londres, 1947.) ©Getty images

Margaret d’Angleterre et Peter Townsend, l’idylle qui provoque un scandale sans précédent

Peter Townsend, le confident de la princesse de Windsor

C’est en 1945 que Margaret d’Angleterre et Peter Townsend se rencontrent pour la première fois. Elle n’a que 14 ans, et vit sa jeunesse dans cette immense palais de Buckingham. Lui a 30 ans, est marié et est devenu un héros de la Royal Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1944, le pilote est embauché comme écuyer du roi par Georges VI, avec qui il va créer un vrai lien d’amitié. Au cours des années qui suivent, Peter se révèle être un fidèle confident pour la Princesse.

Ce rôle va devenir encore un plus important à la mort de Georges VI. Margaret du Royaume Uni a besoin d’une épaule sur laquelle pleurer. Même si la princesse est très unie à sa sœur, cette dernière doit désormais endosser le rôle de reine d’Angleterre. Margaret trouve donc du réconfort chez Peter Townsend. C’est une véritable idylle amoureuse qui débute dans les couloirs de Buckingham Palace.

Buckingham Palace voit l’amitié se muer en relation secrète

Peter Townsend est dorénavant divorcé, laissant le champ libre à une relation avec Margaret. Et pourtant, c’est son statut de divorcé qui va empêcher les deux amants de vivre l’histoire qu’ils auraient tant aimé.

En 1953, la Reine-Mère et sa fille Margaret doivent quitter Buckingham pour laisser place à la nouvelle Reine d’Angleterre, Elizabeth II. Les deux femmes doivent se rendre à Clarence House, une résidence royale. Par bonheur, Peter est engagé en tant que surintendant de la maison de la Reine-Mère. Les deux tourtereaux peuvent s’adonner à leur idylle en toute discrétion.

Les tabloïds dévoilent le couple Margaret – Peter au monde entier

Mais cette discrétion sera de courte durée. Le 2 juin 1953, alors que l’Angleterre célèbre le couronnement de la Reine d’Angleterre, Margaret du Royaume Uni fait le geste de trop. Celui qui dévoile au monde entier l’amour qu’elle porte à Peter.

De quel geste parle-t-on ? Elle retire dans un éclat de rire une poussière présente sur le costume de Peter. Un geste jugé très intime, qui attise la curiosité du peuple entier, et notamment des journalistes, qui se donnent à cœur joie d’en faire les gros titres. Homme divorcé, simple écuyer, Peter Townsend n’est pas considéré comme étant un bon parti pour la princesse royale d’Angleterre. Seulement âgée de 23 ans, Margaret d’Angleterre n’est pas encore majeure et ne peut prendre de telles décisions l’accord de sa sœur la reine.

La fin de l’idylle : Margaret du Royaume Uni renonce à Peter

Après de nombreuses discussions, et une séparation de deux ans pour attendre la majorité de Margaret, le verdict tombe. L’idylle n’ira pas plus loin que le simple conte de fée. Le mariage entre Margaret et Peter n’est pas possible. Le Parlement anglais et l’église anglicane ne donnent pas leur consentement pour cette union, et la reine Elizabeth II va dans leur sens. Le statut de divorcé de Peter met en péril la couronne si Margaret venait à régner un jour. Le 22 octobre 1955, Margaret d’Angleterre fait un communiqué où elle annonce renoncer définitivement à son grand amour, Peter. Elle sacrifie son amour pour ses avantages et ses titres dynastiques. Cette annonce met en émoi le peuple anglais, qui montrait depuis le début son soutien aux amoureux transis.

Margaret d’Angleterre, icône de la mode et jet-setteuse londonienne

Margaret influence le monde de la mode

Si Margaret n’était pas née princesse, elle serait devenue vedette de cinéma.”, voilà ce que Elizabeth II dira de sa sœur cadette. Tout le monde s’accorde à dire que Margaret est un de ces canons de beauté, qui attire par son charme et son élégance naturel. Très jeune, la princesse devient une véritable icône de la mode, influençant toutes les jeunes filles d’Europe. Christian Dior, Yves Saint Laurent,… les plus grands créateurs de mode souhaitent voir leurs créations portées par Margaret du Royaume Uni. La jeune femme arbore chaque jour des tenues toutes plus belles les unes que les autres.

La princesse côtoie les plus grandes stars du monde

Son envie de liberté, son caractère rebelle et sa beauté indéniable ont fait de Margaret d’Angleterre la coqueluche de la jet set londonienne. Suivie par les paparazzis et œuvrant dans le monde de la nuit, Margaret devient une véritable star. Son entourage est particulièrement extravagant par rapport à celui de sa sœur aînée Elizabeth. On la voit aux côtés des Beatles, Brigitte Bardot ou encore Mike Jaggers. La presse lui attribue de nombreuses amourettes, comme John Turner, futur Premier ministre du Canada. Mais c’est Anthony Armstrong-Jones qui saura se faire une vraie place dans la vie de la princesse.

Son seul et unique mariage : elle épouse Antony Armstrong-Jones

Photographe et réalisateur britannique, Antony Armstrong-Jones fait depuis quelque temps les portraits de la famille royale, et notamment de la reine d’Angleterre. Les deux jeunes gens vont faire plus amples connaissances lors d’un dîner. Peu de temps après, Antony fait sa demande officielle à la Reine Elizabeth II, qui donne immédiatement son approbation, trop heureuse du bonheur de sa jeune sœur. Sans doute ne connaissait-elle pas sa réputation de Don Juan et son attrait pour la gente féminine…

Margaret et Tony
La princesse Margaret avec Tony Armstrong-Jones à Windsor, le 28 février 1960 ©Getty images

Un mariage royal médiatisé

Le mariage royal se déroule le 6 mai 1960 dans l’abbaye de Westminster. C’est une fastueuse cérémonie qui se déroule, diffusée à travers les écrans dans 13 pays différents et vue par plus de 300 millions de téléspectateurs. Margaret n’opte pas pour un mariage traditionnel, mais un mariage moderne, glamour et très people. Les convives ne sont autres que les acteurs et chanteurs les plus en vogue du moment.

On découvre en cette belle journée de printemps une Margaret épanouie, dans sa robe somptueuse en organza et dentelles, dessinée par Norman Hartnell, célèbre couturier qui avait déjà œuvré pour la robe de mariage d’Elizabeth. Ses pensées vont vers son père défunt, remplacé pour l’occasion par son beau-frère Philip pour l’accompagner jusqu’à l’hôtel. Après la cérémonie, le jeune couple embarque sur le “Britannia” pour leur lune de miel. Grâce à ce mariage, Antony Armstrong-Jones est anobli et prend les titres de Comte de Snowdon et vicomte Linley.

mariage Margaret et Antony Armstrong-Jones
Mariage de Margaret du Royaume Uni et Antony Armstrong-Jones le 6 mai 1960 ©Getty images

Les infidélités récurrentes du couple Royal : Margaret ET Antony fautent

Après les noces, le couple médiatisé prend possession d’un appartement au Palais de Kensington. 9 mois après, Margaret d’Angleterre attend son premier enfant, faisant le bonheur de toute la famille royale.

  • Le 3 novembre 1661 naît David Armstrong-Jones, 2eme comte de Snowdon et Vicomte de Linley.
  • Moins de 2 ans après, c’est au tour de Sarah Armstrong-Jones de voir le jour, le 1er mai 1964.

La petite terreur de la famille semble s’être maintenant rangée, s’offrant une vie de famille paisible. Mais une tâche vient ternir ce beau tableau familial. Lord Snowdon n’est pas prêt à vivre une vie calme et exclusive avec son épouse Margaret d’Angleterre. Ses infidélités se succèdent. Margaret d’Angleterre se console en prenant elle aussi des amants. La rebelle de la royauté anglaise prend du plaisir en dehors du lit conjugal. Parmi ses nombreux amants, on peut citer Anthony Barton, un ami proche de son époux, ou encore Robin Douglas-Home, un pianiste du monde de la nuit. Mais plus le temps passe, moins la princesse se fait discrète sur ses liaisons extra-conjugales. Ses infidélités sont médiatisées. Le journal « News of the World » va notamment publier une photo de la princesse Margaret d’Angleterre en compagnie de son amant Roddy Llewellyn de 17 ans son cadet, prenant du bon temps sur l’île de Moustique dans les Caraïbes où Margaret d’Angleterre vit la moitié de l’année. Le cliché fait scandale, et choque la famille royale. La reine Elizabeth, malgré toute l’affection qu’elle porte à sa sœur, ne peut accepter une telle vie de débauchée de la part de sa cadette. Elle paraît bien loin la vie de famille parfaite.

Coup de théâtre inévitable dans la monarchie anglaise : le couple Armstrong-Jones divorce en 1978. Ce cas de figure n’était pas arrivé depuis le divorce du tristement célèbre roi Henri VIII et Anne de Clèves. Bon nombre de ses épouses ont fini répudiées ou la tête coupée. Si vous ne connaissez pas cette histoire, je vous invite à lire mon article sur les épouses d’Henri VIII.

Coup dur pour la princesse insoumise, les membres de sa famille se rangent du côté de son époux infidèle. Les frasques de la sœur cadette ne sont plus acceptées de la famille royale.

Roddy Llewellyn amant de Margaret d'Angleterre
La princesse Margaret et Roddy Llewellyn le 27 février 1978 ©Getty images

La santé fragile de la princesse qui précipite sa fin

Depuis toute petite, Margaret d’Angleterre montre un véritable envie de liberté. Toute sa vie, la princesse a profité des plaisirs de la vie mais dans l’excès. On lui connaît quelques addictions qui vont détériorer sa santé à vitesse grand V. Certains diront que la sœur cadette d’Elizabeth II fumait jusqu’à 60 cigarettes par jour, et pouvait boire plusieurs bouteilles de gin.

Alors qu’elle n’est âgée que de 50 ans, Margaret d’Angleterre commence à avoir de sérieux soucis de santé, liés à une vie trépidante menée depuis son jeune âge. Un souci au poumon l’oblige à subir une ablation partielle. Elle est également atteinte d’une hépatite alcoolique. Pendant plus de 20 ans, la princesse doit assumer les conséquences d’une vie de jet-set.

Le 9 février 2002, la princesse Margaret d’Angleterre succombe suite à plusieurs accidents vasculaires cérébraux, à l’hôpital King Edward VII à Londres. Ses funérailles sont célébrées dans le Château de Windsor en présence de sa famille et ses amis proches, dans la plus grande intimité.

Ses cendres reposent à la chapelle Saint-Georges, près du roi George VI. Celle qui aura eu tant de mal à accepter la mort de son père finit par le retrouver.