Agrippine La Jeune
Personnages historiques

Agrippine La Jeune, l’Impératrice avide de pouvoir

Femme de pouvoir de la Rome Antique, Agrippine La Jeune a marqué l’Histoire par son ambition sans limite. Sœur, nièce, arrière-petite-fille, épouse et mère d’Empereur, elle fut entourée des plus grands de son temps. Mais l’ambition a un prix. Agrippine La Jeune complote, manipule et élimine sans scrupule pour atteindre les sommets. Marquée par une enfance difficile, les agissements de l’Impératrice sont dictés par sa volonté de vengeance. Revenons sur le destin hors du commun de l’une des femmes les plus puissantes de l’Empire Romain, Agrippine La Jeune.

Agrippine La Jeune, une enfant endeuillée

Le Général Germanicus, favori de l’Empereur Auguste

L’Empire Romaine est en deuil. Auguste, l’un des plus emblématiques Empereurs, s’éteint en ce 19 août 14 ap. J.-C. à l’âge de 76 ans. Son habilité politique et son esprit rusé ont assuré à l’Occident un pouvoir sans égal. Malgré un mariage heureux avec Livie Drusilla, Auguste n’a pas de descendant direct. Son successeur n’est autre que Tibère, son fils adoptif et premier fils de sa femme Livie. Seul problème : Tibère n’a pas les épaules et l’intelligence pour devenir un bon souverain. En revanche Germanicus, le neveu de Tibère, est dans la prédilection de l’Empereur. Avant de mourir, Auguste impose à Tibère de prendre Germanicus comme héritier. Ce valeureux Général est un homme brave, jeune, séduisant et aimé de tous. Germanicus est représenté en véritable héros, auquel tous les romains rêvent de ressembler. Tout le contraire de Tibère.

Général Germanicus père d'Agrippine La Jeune

Agrippine La Jeune voit le jour en l’an 15

Mais à la mort d’Auguste, Tibère n’entend pas honorer ses promesses. Voyant Germanicus comme un rival, le nouvel Empereur veut se débarrasser de lui. Le Général n’a plus le choix, il doit fuir près de Trêves en Germanie avec son épouse, Agrippine l’Aîné. Après avoir donné naissance à 3 garçons, Néron, Drusus et Caligula, l’épouse de Germanicus met au monde une petite fille : Julia Agrippina, dite Agrippine La Jeune. Elle voit le jour le 6 novembre de l’an 15, dans ce qui sera plus tard la ville de Cologne. Suivra ensuite 2 autres filles, formant ainsi une grande fratrie de 6 enfants.
Agrippine aime plus que tout son père. Elle l’accompagne fièrement sur son char lors de son retour à Rome, en véritable héros. Toute la famille de Germanicus est applaudie et mise à l’honneur par le peuple romain. Cette situation est insupportable pour Tibère, qui décide d’éloigner le Général pour une mission en Orient. On dit alors qu’Agrippine reste à Rome, dans la maison de son oncle Claude, pendant que ses parents se rendent en Orient.

Bustes d’Agrippine l’Aînée en Cérès et Agrippine la Jeune en Aphrodite ou Héra
Camée, Bustes d’Agrippine l’Aînée en Cérès et Agrippine la Jeune en Aphrodite ou Héra, BnF

Premier deuil d’Agrippine La Jeune : son père Germanicus

La menace qui pesait depuis tant de temps finit par se matérialiser en octobre 19. Germanicus, de retour à Antioche, tombe gravement malade et meurt à seulement 33 ans. Les conditions très suspectes de son décès laissent présager que le Général fut empoisonné. Est-ce Tibère qui a finalement réussi à écarter son rival ? Ou Germanicus avait-il d’autres ennemis qui voulaient sa mort ? Quoiqu’il en soit, Germanicus laisse derrière lui une femme maintenant veuve, et 6 enfants encore très jeunes. Plus encore, c’est tout un peuple qui pleure le brave Général.
Agrippine n’a que 5 ans lorsqu’elle apprend la mort de son père et voit revenir sa mère à Rome. En voyant l’ampleur des funérailles organisées pour son père, et la tristesse du peuple romain qui pleure la perte de leur héros, Agrippine prend conscience de l’importance de sa famille dans l’Empire. Mais la peur laisse maintenant place à de la tristesse et de l’incertitude. Que va-t-il advenir de sa famille ?

Agrippine arrivant à Brindisi avec les cendres de Germanicus
Agrippine arrivant à Brindisi avec les cendres de Germanicus

L’Empereur Tibère élimine la famille d’Agrippine

La Paranoïa de Tibère ne s’arrête pas là. Il réussit à faire suspecter la veuve de Germanicus et ses deux fils aînés de complot. Les fils aînés de Germanicus entrent petit à petit dans l’âge adulte. Peut-être voit-il en eux de potentiels rivaux ? L’Empereur fait alors arrêter Agrippine la mère, ainsi que les deux fils aînés Drusus et Néron. Agrippine l’Aînée est enfermée sur l’île de Pandataria, et décède rapidement en se laissant mourir de faim. Quant aux frères d’Agrippine La Jeune, ils subissent eux aussi un triste sort. L’un se suicide, et l’autre décède dans une prison de Rome. Agrippine devient alors orpheline. De sa famille, il ne reste que son frère Caligula et que ses deux sœurs cadettes. Ils ont tous vécu une enfance sous le signe de la persécution, venant de Tibère. L’Empereur a réussi à se débarrasser de leur mère, leurs frères aînés et sans doute leur père. Par les agissements de Tibère, Agrippine prend une véritable leçon politique : si on ne veut pas mourir, il faut frapper. Cette leçon viendra sans doute alimenter tout au long de sa vie son ambition dévorante.

Tibère décide de s’occuper des survivants de Germanicus. Seul héritier mâle de la famille de Germanicus, il décide de prendre Caligula sous son aile, qui sera alors témoin de toutes les infamies commises par l’Empereur. Orgies, meurtres, humiliations, le jeune Caligula assiste aux pires horreurs. Même si le jeune homme semble insensible, on verra plus tard que ces événements vont marquer son esprit à vie. Quant à Agrippine, son sort sera tout autre.

Statue de l'Empereur Tibère
Statue de l’Empereur Tibère

Agrippine La Jeune : complot, pouvoir et manipulation

Agrippine La Jeune épouse Gnaeus Dominitius « Ahenobarbus »

Faisant déjà preuve d’un caractère bien trempé, l’Empereur décide de marier Agrippine La Jeune alors qu’elle n’a que 13 ans. Il lui choisit pour époux Gnaeus Dominitius « Ahenobarbus » (Barbe Rousse), une homme riche en qui il a toute confiance. Mais cet homme de 45 ans dévoile une personnalité violente et débauchée. Après avoir vécu une enfance dans la méfiance et la tristesse, Agrippine La Jeune doit entrer dans l’âge adulte accompagné d’un mari dépravé et plein de turpitudes.
Réputée pour être aussi belle qu’intelligente, son physique impressionne par l’assurance qu’elle dégage. Ses grands yeux reflètent l’expérience qu’elle a pu acquérir pendant sa triste jeunesse.
En voyant se destin qui se dessine face à elle, Agrippine ne cède pas. Son triste passé a forgé son caractère et a fait de cette beauté occidentale une femme rusée. Son désir de vengeance et son ambition vont orienter sa vie et celle de son fils, Néron.

Agrippine met au monde un futur monstre, Néron

Malgré la grande différence d’âge et le caractère violent de son époux, Agrippine La Jeune donne naissance en l’an 37 à un petit garçon. Prénommé Néron, en hommage à son frère aîné, ce fils est une véritable bénédiction pour la jeune femme. La chance lui sourit enfin, notamment avec la mort de son époux peu de temps après la naissance de leur enfant. Agrippine La Jeune est enfin débarrassée de ce mari violent, qu’elle n’a jamais aimé.
On peut difficilement douter de l’amour qu’Agrippine porte à son fils. Pourtant, elle n’aura jamais à son égard une grande affection. Néron représente pour elle sa revanche sur la vie, et son moyen de venger sa famille. L’ambition qu’elle porte à son fils est beaucoup plus grande que son désir de materner. Néron est alors élevé à la dure. Agrippine a de grands projets pour lui, et elle le prépare à les assumer. En tant qu’arrière-petite-fille d’Auguste, Agrippine est l’unique femme de l’Empire à avoir un fils descendant directement du célèbre Empereur. Elle voit donc en Néron un futur Empereur.
Très importants dans la coutume romaine, les présages sont bons pour l’avenir du petit Néron. Son corps fut baigné par les rayons du soleil à sa naissance, annonçant un futur radieux. Mais Agrippine en veut plus. Elle fait venir les meilleurs astrologues, qui lui annoncent les prédilections : son fils règnera, mais il tuera sa propre mère. Ce à quoi Agrippine aurait répondu :

Qu’il me tue…pourvu qu’il règne


Pour l’heure, Néron étant trop jeune pour accéder au pouvoir, Agrippine porte tous ses espoirs sur son frère, Caligula. Mais celui-ci connaîtra un sort bien tragique.

Buste de Néron, fils d'Agrippine La Jeune
Buste de Néron, fils d’Agrippine La Jeune

Caligula, frère d’Agrippine La Jeune, devient Empereur

Un début de règne sans faute pour Caligula

Touché par de nombreux complots, Tibère voit sa liste de successeurs diminuer drastiquement. Le choix est malheureusement limité. L’Empereur porte finalement son choix sur Caligula, son petit-neveu. Dès sa succession, le charismatique Caligula souhaite donner un souffle nouveau à l’Empire et faire oublier les frasques de son prédécesseur : il libère les prisonniers, baisse les impôts, distribue du pain et du vin… Son début de règne est un sans-faute, il est apprécié du peuple. C’est à ce moment même que l’ambition d’Agrippine commence à se concrétiser.

Gravure de l'Empereur Caligula
Portrait de Caligula._Gravure_XVIIe

Agrippine La Jeune goûte au pouvoir politique

Ce nouvel Empereur accorde à ses jeunes sœurs quelques responsabilités et les incluent au pouvoir politique, ce qui est totalement novateur pour l’époque. Même si Agrippine La Jeune n’a pas le pouvoir de prise de décision, elle touche du doigt ce destin qu’elle a tant rêvé. Même si Caligula semble bien sous tous rapports, sa personnalité cache quelques travers. Caligula est un grand admirateur de la culture égyptienne, qu’il connaît à la perfection. Une des coutumes des dirigeants égyptiens était l’inceste. Pas question pour les pharaons de mélanger leur sang royal. Caligula a pris exemple sur les Pharaons, et s’adonne à l’inceste avec ses sœurs. Agrippine La Jeune a admis avoir eu des relations sexuelles avec son frère, non consenties bien sûr. Toutefois, Caligula est beaucoup plus proche de sa plus jeune sœur, Drusilla. En plus de l’inceste, on raconte que Caligula ressentait un véritable amour pour elle. Cet amour qui dépasse le lien fraternel pousse Caligula à nommer Drusilla comme son héritière. Ce qui propose une vive émotion chez Agrippine La Jeune, qui voit son dessein s’évaporer.
Mais le destin sourit une nouvelle fois à l’ambitieuse Agrippine. Sa jeune Sœur Drusilla décède à seulement 22 ans. Au même moment, le frère d’Agrippine tombe gravement malade. Les séquelles ne sont pas physiques, mais psychiques. L’Empereur Caligula tombe dans une démence sans précédent, on le dit même bipolaire. Le comportement déviant du jeune Empereur ne se limite plus à l’intime. Caligula est vu comme un tyran. Pour l’élite romaine, Caligula représente alors un véritable danger.

Buste de l'Empereur Caligula
Buste de l’Empereur Caligula

L’Empereur Caligula sombre dans la folie

Alors que Caligula avait renoué avec le Sénat au début de son règne, le jeune Empereur lui montre désormais un grand mépris. Peut-être le désir de venger ses parents morts a-t-il poussé ce jeune homme endeuillé à humilier publiquement les sénateurs ? Caligula organise régulièrement des soirées invitant les sénateurs et leurs épouses. Il a pour habitude de choisir une des épouses au hasard, abuse d’elle, et va ensuite commenter ses ébats au mari en lui attribuant une note. Tout cela, publiquement bien entendu. L’historien romain Suétone raconte que Caligula était également atteint de mégalomanie, se prenant pour un dieu vivant tels les Pharaons dans l’Egypte Antique. Il voue dit-on un culte à son cheval, Incitatus, au point de vouloir le nommer consul. Même si certains de ses actes ne sont peut-être que des rumeurs, Caligula est présenté comme un Empereur fou aux actes tyranniques. Tout le monde le craint, et il cultive cette crainte qui lui donne le pouvoir absolu.

Agrippine La Jeune complote contre son frère

Voyant dorénavant son frère comme un danger pour sa famille et un frein, Agrippine organise avec son amant Lépidus, veuf de sa sœur Drusilla, l’exécution de son frère et Empereur. Mais le complot échoue, Caligula a vent de ce que sa jeune sœur prépare. Il fait tuer les comploteurs et exiler Agrippine sur l’île de Pontia. Mais peu de temps après, Caligula sombrant dans une folie morbide, il se fait sauvagement assassiner. Le 24 janvier 41, 4 ans seulement après son accession au trône impérial, l’Empereur se fait tuer par des hommes de sa garde. Sa femme et sa fille âgée d’à peine 1 an sont également abattues. Agrippine peut alors revenir de son exil, et continuer sa quête du pouvoir grâce au nouvel Empereur : Tiberius Claudius Drusus.

ile de pontia
Île de Pontia ©island-touch

Agrippine La Jeune et l’Empereur Claude

Frère de Germanicus et neveu de Tibère, Tiberius Claudius Drusus, mieux connu sous le nom de Claude, accède au trône. Considéré comme étant simple d’esprit, ce quinquagénaire fut vite écarté du pouvoir politique. Et pourtant, celui qui était la risée de la famille va montrer de véritables aptitudes à gérer, organiser et surtout gouverner l’Empire Romain.
Agrippine voit en son oncle Claude un nouvel espoir pour l’avènement de son fils. Cette femme habile va utiliser ses talents de manipulatrice pour faire de Néron l’héritier du nouvel Empereur. Claude n’ayant pas d’enfant, le jeune Néron est le premier sur la liste des successeurs potentiels.
Quant à Agrippine, elle doit se remarier. Elle choisit l’avocat Caius Passienus, un des hommes les plus riches et influents de Rome.

Buste de l'Empereur Claude
Buste de l’Empereur Claude

Messaline : une rivale de taille pour Agrippine

Mais voilà qu’une ombre vient semer le trouble : Messaline, la femme de Claude. L’Impératrice possède le même caractère ambitieux et manipulateur qu’Agrippine. Elle veut le pouvoir, et est prête à tout pour l’avoir. Messaline vient de donner naissance à un fils : Britannicus. Ce nouveau-né place maintenant Néron en seconde position dans l’ordre de succession. C’est la douche froide pour Agrippine La Jeune. Mais une fois encore, le destin va s’en mêler.

L’impératrice Messaline, une femme d’une beauté sans pareille dit-on, possède un appétit sexuel fort développé. Elle organise même des concours d’endurance sexuelle contre des prostituées, qu’elle remporte ! Cette lubricité et cette dépravation nuisent grandement à l’image de l’Empereur. Messaline sait que son mariage ne tient qu’à un fil et qu’elle risque la répudiation. Qu’à cela ne tienne ! Elle prend les choses en main et décide d’éliminer celui qui est son époux depuis 8 ans. Pour se faire, elle va mettre en place un véritable scénario. Elle prétend à Claude qu’elle a fait un rêve prémonitoire, où il se faisait tuer. Pour éviter que ce rêve ne se réalise, il fallait que l’Empereur s’éloigne de Rome pour la journée, pendant qu’elle feindra d’épouser un autre homme. Sauf que Messaline organise une véritable fête de mariage, et souhaite faire répudier son époux l’Empereur. Claude est prévenu très rapidement pendant cette soirée. Messaline est arrêtée est exécutée. Et ce pour le plus grand bonheur et soulagement d’Agrippine. Britannicus ne sera pas l’héritier, Néron retrouve sa place.

La mort de Messaline
La mort de Messaline, 1916 – Georges Rochegrosse (1859–1938)

Nouvelle épouse de l’Empereur Claude, Agrippine La Jeune devient Impératrice

L’Empereur Romain se retrouve maintenant sans épouse. Et par « chance », le mari d’Agrippine vient décéder. L’Empereur romain jure alors que jamais il ne se remariera. C’est sans compter sur le talent de persuasion de sa nièce. En l’An 48, l’Empereur Claude décide finalement de s’unir avec Agrippine La Jeune. Mais n’oublions pas leur lien de parenté : Claude n’est autre que l’oncle d’Agrippine. Soit ! Un décret est prononcé, les autorisant à s’unir malgré tout. Agrippine La Jeune voit alors son destin chamboulé, elle devient Impératrice de Rome. Pour s’assurer de l’accession au trône de son fils, cette mère avide de pouvoir réussi à convaincre son époux d’adopter Néron. La boucle est bouclée !

L’Impératrice élimine sans scrupule son époux

Alors âgé de de 33 ans, Agrippine se voit au sommet de sa gloire, et s’est assuré du futur glorieux de son fils. C’est au même moment que Claude commence à comprendre que son épouse l’a manipulé et s’est joué de lui par ambition pour son fils. Il en parle autour de lui, évoque le fait qu’il n’a pas eu de chance avec ses épouses mais qu’il savait les punir. Ses propos sont rapportés à l’ambitieuse Agrippine, qui prend peur. Elle décide de faire supprimer son époux et oncle, en le faisant empoisonner.
Agrippine La Jeune fait appel à Locuste, une empoisonneuse réputée…et emprisonnée. Mais les barreaux d’une prison ne peuvent pas freiner celle qui a voué son existence à atteindre l’apogée. En quelques heures, après avoir dégusté un plat de champignons, Claude décède à l’âge de 54 ans. Néron, fils unique d’Agrippine, devient Empereur de Rome à seulement 16 ans.

Néron, fils d’Agrippine La Jeune, monte sur le trône impérial

Agrippine La Jeune devient toute-puissante

Très jeune pour assumer ses responsabilités, Néron laisse sa mère s’occuper des affaires politiques. Lui préfère s’adonner à ses passions que sont l’art et les jeux de cirque. Agrippine acquiert alors une toute-puissance, celle qu’elle attend depuis plus de 16 ans. C’est elle qui prend maintenant toutes les décisions, qui gère l’Empire de Rome et qui élimine tous ceux qui osent s’opposer à elle ou à son fils. Pour prouver son omniprésence, elle se fera même représenter sur la monnaie de Néron. On peut voir sur les pièces les bustes face à face de Néron et de sa mère. Mais cette situation ne va pas durer. Néron, ce jeune Empereur, s’agace de voir sa mère sur le devant de la scène. Petit à petit, le fils d’Agrippine s’émancipe et prend son indépendance. Agrippine La Jeune perd alors toute l’influence qu’elle avait sur son petit garçon devenu grand. Le fils exige que sa mère quitte le Palais Impérial. L’ancienne Impératrice va passer plusieurs années sur le Palatin, loin de son fils et du faste du pouvoir. C’est la stratégie d’une vie qui s’effondre pour Agrippine La Jeune.

Pièce Agrippine La Jeune
Pièce Agrippine La Jeune et Néron

Son fils Néron prend les rênes du pouvoir

Pendant l’exil de sa chère mère, L’Empereur Néron rencontre le grand amour, une superbe femme prénommée Poppée. Celle qui se baigne chaque jour dans le lait de 500 ânesses va causer la perte de l’illustre Agrippine. Très ambitieuse, elle devient une véritable rivale. En mère éplorée, l’ancienne Impératrice condamne la liaison de son fils. Poppée, que l’on sait de nature possessive, attise alors la querelle entre la mère et son fils. En amant « attentif », Néron décide de faire assassiner celle qui lui donna la vie. Comme on dit, les chiens ne font pas des chats. Néron fut à bonne école et a bien appris de sa mère. Il supprime sans égard ceux qui se mettent en travers de son chemin.

Agrippine La Jeune tuée par la chair de sa chair

En mars 59, l’Empereur invite sa mère à un banquet, feignant une réconciliation. Après des adieux simulés avec raffinement par Néron, Agrippine La Jeune monte à bord d’un navire. Les ordres de l’Empereur sont clairs : assommer sa mère et faire couler le navire. Uniquement blessée à l’épaule, Agrippine réussi à rejoindre le rivage et survit. Espérant que son fils n’a rien à voir dans ce complot, elle fait alors envoyer à Néron un messager l’informant qu’elle est en vie. Immédiatement, son fils envois des hommes pour la supprimer dans sa propre demeure.
Au moment de mourir, Agrippine La Jeune fera face à ses bourreaux et dira :

Frappez au ventre, ce ventre qui a porté ce monstre !

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *